LA CAGOULE, vers une auto-défense. récit de mobilisation antifasciste et anticapitaliste.

De l'antifascisme à la lutte anticapitaliste, la cagoule, l'arme qu'il nous reste pour sortir du statu quo provoqué par notre société hyper médiatisée. Cette société où chaque moment est filmé, nos actes constamment contrôlés par le fait d'être enregistrés à jamais. Il s'agit ici d'un texte à la première personne, une tentative d'expliquer le pourquoi … Lire la suite LA CAGOULE, vers une auto-défense. récit de mobilisation antifasciste et anticapitaliste.

Douze jours dans la poudrière Athénienne

Cet été, durant douze jours, je suis allé rendre visite à nos camarades grecs à Exarcheia. Le Notara, squat historique de migrants-es dans lequel j’étais logé pour y faire les « Security Shift » mais aussi, pour donner un coup de main et montrer ma solidarité est menacé d’expulsion depuis l’élection du nouveau gouvernement de Kyriákos Mitsotákis, issu du Parti Nouvelle Démocratie qui n’hésite pas à reprendre la rhétorique néo-fasciste d’Aube Dorée. Depuis le 7 juillet, jour de l’élection du nouveau gouvernement, et même un peu avant, un appel à soutien international avait été lancé par notre camarade Yannis Youlountas. Billet d’avion réservé, j’ai donc décidé d’aller transformer les lignes de soutien sur les réseaux sociaux en actes.

Les différents fronts du féminisme : l’intersectionnalité comme arme

Le 24 novembre dernier, des milliers de manifestant.e.s se sont réuni.e.s à Bruxelles pour dénoncer les violences faites aux femmes. La mobilisation nationale, organisée par la plate-forme Mirabal Belgium, regroupait des dizaines d'associations féministes. Avec le mauve à l'honneur, couleur emblématique de la lutte féministe, banderoles, pancartes et slogans envahissaient les rues de Bruxelles. Ce … Lire la suite Les différents fronts du féminisme : l’intersectionnalité comme arme

Cantines et autonomie : notes d’après le festival des cantines autogérées à La Parole Errante.

Le festival des cantines autogérées s'est tenu en septembre à la Parole Errante dans Montreuil. Ce fût l'occasion d'une semaine de rencontres entre cantines, d'ateliers, de conférences, de discussions, de concerts et de spectacles. Ces notes sont issues des quelques derniers jours du festival ; elles s'étendent à propos de dynamiques et de réflexions qui se côtoyaient dans le festival et qui semblent refléter, par ailleurs, la réalité que je rencontrai à la Parole.

14 bouts de bois, des barricades et quelques paroles sur la ZAD d’Arlon

A la zad de la sablière d’Arlon, sous un arbre qui protège de la pluie, quelques phrases sautèrent à la tête comme des principes. Les journalistes sont déjà venus, la social-démocratie ne peut rien pour nous, et nos cœur réclament des justifications qui n’appartiennent pas à leur langage. Sachons dire un peu ce qui a les traits de notre puissance.